Exercice prosaïque, portrait de ...

Publié le par L'Arbre d'Ixchel

 

Ce sont des cheveux fous qui pointent dans tous les sens …des cheveux de lutin, un peu colorés, vifs,  qui refusent d’être coiffés, qui revendiquent leur liberté …


Ce sont des lobes inexistants, trace du patrimoine, du peuple Andin, des aïeux, lien étrange avec là-bas…


Et puis des yeux en amandes, presque fermés quand un sourire s’étend, des yeux charmeurs, des yeux rieurs, mais des yeux qui pleurent aussi…


C’est une mâchoire large, prononcée, qui, si elle ne cassait pas la rondeur de ce visage, pourrait être une mâchoire d’homme…


C’est un menton rond, qui devient pointu au fil des sourires, un menton déterminé et avenant, un menton levé … aux aguets 


Des joues rondes aussi, des joues de matriochkas, des joues d’enfant presque vu le nombre de grimaces qu’elles font encore…


Ne parlons pas de ce nez qui fut mille fois moqué, nez qu’on aimerait bien oublier…


Mais plutôt de ce teint, sucré, tantôt froid, tantôt ambré, qui contraste avec les sourcils denses et sombres qu’il faut toujours redessiner…


C’est surtout un théâtre riche d’expressions, d’exaspérations, de spontanéité, de mouvements précis, et puis d’indécisions…un visage où les humeurs défilent parfois plus vite que les heures…


Enfin, ce n’est pas seulement UN visage…puisque... c’est le mien …

 

seezat-3-.jpg

Publié dans un peu de moi

Commenter cet article